Le progrès de la bulle Internet au milieu des annĂ©es 1990 a entraĂ®nĂ© Ă©galement l’ascension des jeux de casino en ligne. A prĂ©sent, cette industrie vaut environ 30 milliards de dollars, avec des millions de joueurs Ă  travers le monde. Des milliers de sites se concurrencent Ă  offrir des choix diffĂ©rents en matière de jeux, que ce soit pour de l’argent ou juste pour l’amusement.
Lorsque le premier site de jeux a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1996, il n’y avait qu’une douzaine de jeux disponibles. Deux ans plus tard, les premiers sites de poker et de bingo sont apparus. Maintenant, l’offre est extrĂŞmement diversifiĂ©e, avec des machines Ă  sous, blackjack, roulette, loteries, vidĂ©o poker, pour n’en nommer que les jeux les plus populaires.
MalgrĂ© la crise Ă©conomique, les diverses Ă©tudes ont montrĂ© que l’une des quelques histoires heureuses sortant de la rĂ©cession Ă©tait l’industrie du jeu en ligne. Selon un rapport Viaden, cette industrie s’est transformĂ©e en « un phĂ©nomène mondial » au cours des dernières annĂ©es. Poker Stars, par exemple, entraĂ®ne Ă  lui seul 200.000 personnes en moyenne jouant simultanĂ©ment.
Le mĂŞme rapport montre que l’Europe est le marchĂ© le plus rapide: « En 2009, les opĂ©rateurs du marchĂ© europĂ©en ont enregistrĂ© une augmentation de près de 44,9% du rendement total des jeux en ligne. Le deuxième plus grand marchĂ© dans l’industrie est l’AmĂ©rique du Nord, suivie par l’Asie et le Moyen-Orient. La lĂ©gislation amĂ©ricaine interdit les jeux en ligne dans la plupart du territoire et c’est pourquoi le pays connaĂ®t une dĂ©croissance. »
En tant que l’un des plus intĂ©ressants jeux comme potentiel financier, le poker pourrait ĂŞtre mĂŞme un meilleur investissement que les actions en bourse ou les investissements immobiliers.
NĂ©anmoins, le jeu en ligne peut ĂŞtre intimidant en raison des options sans fin prĂ©sentes sur Internet. C’est pourquoi une nouvelle catĂ©gorie de sites est apparue: ceux qui rĂ©pertorient les casinos virtuels sĂ»rs, certifiĂ©s et fiables. Ce type de sites offrent des informations dĂ©taillĂ©es sur les casinos rĂ©pertoriĂ©s: leurs certifications, les logiciels de jeu utilisĂ©s, la politique de confidentialitĂ©, le taux de redistribution des paris, les mĂ©thodes de paiement, les bonus et les promotions etc. Le travail des joueurs est ainsi beaucoup facilitĂ©, ce qui ne vous empĂŞche pas de faire vos propres recherches avant de jouer avec de l’argent rĂ©el.

Alors que les procureurs des États-Unis censurent les grands sites de poker, de nombreux pays europĂ©ens ouvrent leurs marchĂ©s de jeux en ligne auparavant limitĂ©s. La dernière nation de l’Union europĂ©enne qui a dĂ©cidĂ© d’octroyer des licences pour les jeux en ligne est l’Espagne. Le pays a Ă©mis sa première autorisation, accordĂ©e au Casino Gran Madrid, son plus grand casino terrestre.

Casino Gran Madrid a reçu la licence le 17 mai et fournira des jeux de casino et du poker en ligne aux citoyens de la RĂ©gion Autonome de Madrid. Les lĂ©gislateurs espagnols ont approuvĂ© une nouvelle loi pour les jeux en ligne en fĂ©vrier. Cette loi entrera en vigueur l’Ă©tĂ© 2011. A cette date-lĂ , le site du Casino Gran Madrid sera accessible aux joueurs du pays.

Le site comprendra les derniers jeux propulsés par le développeur de logiciels de casino en ligne Playtech, qui a également créé le moteur logiciel pour les sites tels que Eurogrand et Europa Casino. La société qui exploite Gran Madrid et la société de logiciels ont signé un accord en mars 2009, mais ont dû attendre la réforme des lois de jeu existantes.

Le site est Ă  prĂ©sent en cours de dĂ©veloppement et le test bĂŞta du site dĂ©butera dans les prochaines semaines. Si le test se passe bien, le site pourrait ĂŞtre en ligne plus tard cet Ă©tĂ©. Le site dispose d’une protection pour empĂŞcher les joueurs de moins de dix-huit ans d’y entrer et Ă©galement d’une « barrière » qui empĂŞche les joueurs interdits dans le casino en brique et mortier de la sociĂ©tĂ©.

Jorge Casanova, directeur des Systèmes d’Information au Casino Gran Madrid, a dĂ©clarĂ© que le casino en ligne reprĂ©sentait l’engagement de la sociĂ©tĂ© Ă  l’innovation. Il a dit que le logiciel de jeu fera l’objet de plus de 200 millions de jeux simulĂ©s au cours du processus de certification. Le processus permettra de s’assurer que les serveurs peuvent gĂ©rer le trafic et de vĂ©rifier s’il y a des problèmes techniques ou de sĂ©curitĂ©.

Les jeux de casino en ligne ont fait une forte impression sur des millions d’amateurs de casino Ă  partir du moment oĂą le concept a Ă©tĂ© introduit sur l’internet. Poussant les frontières de ce monde, l’innovation qui a Ă©tĂ© introduite plus tard dans l’industrie, ont Ă©tĂ© les casinos en direct.
L’impact de cette nouvelle expĂ©rience est formidable car elle offre aux joueurs le sentiment de se trouver dans un casino « rĂ©el », terrestre.

Toutefois, les règles et les règlements ne sont pas les mĂŞmes que dans les casinos en ligne. Il est donc essentiel que les joueurs aient une certaine connaissance prĂ©alable avant de vivre l’expĂ©rience de jeu dans un casino en ligne Ă  cĂ´tĂ© des croupiers en chair et en os. Le site Livedealercasino.org a Ă©tĂ© lancĂ© il ya quelque temps justement pour faciliter le contact des joueurs avec ce type de casinos. Ainsi, le site demeure le principal guide et portail d’information pour les joueurs qui recherchent des conseils concernant les jeux en ligne dans les casinos en direct.

Le site offre aux clients des casinos un guide globale et une chance de prendre part aux jeux de casino traditionnels comme laroulette, le baccara ou le blackjack. Le concept du « croupier en direct », c’est d’accorder aux joueurs le tumulte capiteux de l’environnement d’un casino tout en restant dans le conforte de leurs propres maisons.

La RĂ©publique tchèque a Ă©tĂ© un ardent dĂ©fenseur de la libertĂ© de l’internet et a la rĂ©putation d’une justesse irrĂ©prochable quand il s’agit des droits de ses citoyens. La situation des jeux en ligne aux Etats-Unis se retrouve aussi dans la juridiction tchèque, certains des opĂ©rateurs de jeux en ligne se prononçant contre la dĂ©cision du gouvernement de limiter le jeu aux paris Ă  cote fixe. La plĂ©thore de casinos en ligne Ă©trangers et les opĂ©rateurs de poker qui servent le marchĂ© tchèque ont un avantage distinct par rapport aux sociĂ©tĂ©s locales.

Il y a cinq opérateurs de jeux en ligne légalement autorisés dans la République tchèque et tous ont connu une diminution du nombre de clients et des recettes, parce que les casinos en ligne étrangers offrent de meilleures chances de gain et une plus grande variété de jeux.
Il y a 157 casinos en ligne qui offrent des jeux en langue tchèque ou en anglais, proposant des paris en Euros ou en dollars. Sazka, par exemple, est la société responsable de la loterie nationale et a récemment ajouté une section casino sur son site.

Lubomar Jeayek, le directeur des relations extĂ©rieures de Tipsport (l’un des sites autorisĂ©s), a exprimĂ© son opinion vĂ©hĂ©mente sur la scène du jeu en ligne en RĂ©publique tchèque. Soulignant l’iniquitĂ© de la situation, il a dit: « Bien que nous ayons Ă  lutter pour une licence, ils courent Ă  travers ce territoire comme si c’Ă©tait l’Ouest Sauvage. »

Le dĂ©veloppement de l’industrie du jeu en ligne sera lent en RĂ©publique tchèque. Jeayek remarque qu’il n’y avait pas encore une orientation claire tracĂ©e par les agents de contrĂ´le de la libĂ©ralisation des jeux en ligne.
Ce fait rend les opĂ©rateurs hĂ©sitants Ă  investir dans les projets de dĂ©veloppement de logiciels ou d’expansion. Tipsport a l’intention Ă©largir son offre après que l’industrie est lĂ©galisĂ©e et un système de rĂ©glementation est mis en place.

Ivo Valenta, le fondateur de Synot, un autre site autorisĂ©, a dĂ©clarĂ© que sa sociĂ©tĂ© avait dĂ©jĂ  prĂ©parĂ© des produits comme un casino et un site de poker. « Nous croyons que ce marchĂ© sera ouvert en RĂ©publique tchèque et que nos politiciens vont enfin comprendre, comme ils le font dans d’autres pays, que l’État bĂ©nĂ©ficiera Ă©galement des recettes fiscales payĂ©es par les sites de jeux ».

Les projets de l’Allemagne de rĂ©glementer le jeu en ligne en Ă©tablissant un impĂ´t trop Ă©levĂ©, ont portĂ© atteinte au prix des actions de plusieurs sociĂ©tĂ©s.

Le 5 avril, les États allemands ont convenu d’adopter la lĂ©gislation qui autoriserait certaines formes de jeu en ligne, tout en contraignant les sociĂ©tĂ©s de jeu de payer 16,7% de leurs paris bruts comme impĂ´t. Les paris en direct seraient interdits par la nouvelle lĂ©gislation. Ă€ l’heure actuelle, les paris en ligne en Allemagne ne sont pas rĂ©glementĂ©s, ni taxĂ©s.

Le prix des actions en Bwin.Party Digital Entertainment a chutĂ© de 16% le mercredi 6 avril et de 9% le jeudi matin. La sociĂ©tĂ© nouvellement crĂ©Ă©e reçoit environ 23% de son chiffre d’affaires du marchĂ© allemand. Les actions du groupe Betfair ont diminuĂ© de 4,8%, mĂŞme si les recettes allemandes reprĂ©sentent seulement environ 5% de son activitĂ©.

Le taux d’imposition proposĂ©, qui entrerait en vigueur l’annĂ©e prochaine, rendrait « intenable » pour un opĂ©rateur de mener lĂ©galement des activitĂ©s dans le pays, disent les analystes. Bwin.Party dit que les règles ne respectent pas le droit communautaire europĂ©en et a demandĂ© aux États de trouver un modèle de rĂ©glementation « en conformitĂ© avec les rĂ©alitĂ©s du marchĂ© ».

Pour l’Allemagne, le risque avec cette lĂ©gislation draconienne, est de ne pas pouvoir trouver ni mĂŞme les opĂ©rateurs disposĂ©s Ă  demander l’une des sept licences que le gouvernement envisage d’accorder.

Le rĂ©examen de la lĂ©gislation allemande surviendra lorsque le traitĂ© inter-Ă©tatique interdisant les jeux en ligne arrivera Ă  terme Ă  la fin de 2011. La Cour europĂ©enne de justice a dĂ©jĂ  constatĂ© que ces règles ne poursuivaient pas l’objectif dĂ©clarĂ© de combattre la dĂ©pendance au jeu. Le principal objectif est plutĂ´t celui de protĂ©ger les loteries nationales et les autres sociĂ©tĂ©s de paris gĂ©rĂ©s par l’État.

Bwin.party est devenu la plus grande sociĂ©tĂ© de jeux du monde, Ă©tant le rĂ©sultat d’une fusion de deux cultures très diffĂ©rentes appartenant Ă  deux gĂ©ants de l’industrie.

La nouvelle entité a été cotée pour la première fois à la Bourse de Londres après la fusion de Bwin, le spécialiste de paris sportifs basé en Autriche, et Party Gaming, basé au Royaume-Uni, qui a longtemps dominé le poker en ligne.

Les deux sociĂ©tĂ©s Ă©taient des « dinosaures de l’industrie », selon l’expression de Norbert Teufelberger, PDG de Bwin. Les points forts de PartyGaming ont Ă©tĂ© le poker, un meilleur contrĂ´le des coĂ»ts et une plus forte emprise sur le marchĂ© amĂ©ricain. Bwin allait apporter sa cote dans les paris sportifs, l’expertise de valorisation de la marque et une meilleure connaissance des marchĂ©s europĂ©ens.

L’un des principaux objectifs de la fusion a Ă©tĂ© de crĂ©er une grille pour concurrencer plus efficacement. Pour 2011, les analystes prĂ©voient des revenus de 841 M €. Sur la scène europĂ©enne, Bwin.party sera deux Ă  trois fois plus fort que ses plus proches rivaux dans l’espace virtuel des jeux. Toutefois,  les deux William Hill et Ladbrokes le dĂ©passent lorsqu’on prend en compte les revenus et les gains de leurs maisons de paris.

De toute façon, la concurrence est acerbe. PokerStars et Full Tilt, les deux grandes entreprises de poker en ligne qui ont dominé le marché du pokerdes États-Unis depuis le départ de PartyGaming, ont également pris des parts de marché dans les territoires européens nouvellement réglementés.

En fusionnant les liquiditĂ©s de poker – en d’autres termes combinant le nombre de joueurs de poker et le montant des enjeux – Jim Ryan (dirigeant de Party Gaming) espère diffĂ©rencier mieux sa marque PartyPoker de PokerStars et Full Tilt Poker sur les marchĂ©s d’Europe.

Dans le proche avenir, Bwin.party s’attend Ă  ĂŞtre dans l’avant-garde des marchĂ©s europĂ©ens libĂ©ralisĂ©s. Mais le groupe porte aussi un grand intĂ©rĂŞt au marchĂ© amĂ©ricain, oĂą des changements sont impatiemment attendus.

Les entreprises amĂ©ricaines se positionnent Ă  la ligne de dĂ©part. Wynn Resorts et PokerStars ont dĂ©jĂ  annoncĂ© une « relation stratĂ©gique », un mouvement redoutable pour les opĂ©rateurs europĂ©ens qui veulent gagner des parts de marchĂ© aux États-Unis.

Le groupe grec OPAP, la plus grande sociĂ©tĂ© de paris d’Europe, a dĂ©cidĂ© de proposer de nouvelles offres de paris pour stimuler l’appĂ©tit pour le jeu affaibli par la crise qui a touchĂ© le pays.

OPAP, qui a un monopole de paris sportifs en Grèce, se confronte Ă  la rude concurrence des opĂ©rateurs illĂ©gaux. L’aggravation de la rĂ©cession dans le pays aura Ă©galement son coĂ»t sur les activitĂ©s de la sociĂ©tĂ©.

OPAP a fait savoir qu’il lancerait des paris Ă  cote fixe sur les courses de lĂ©vriers, pour une pĂ©riode d’essais dans certaines rĂ©gions du pays. « Plus d’offres de paris seront bientĂ´t ajoutĂ©es, telles que les courses de voitures ».

La société a dépassé les attentes quant au bénéfice net sur le quatrième trimestre,les réductions de coûts ayant compensé les pertes de recettes.

Les revenus ont chutĂ© de 14% Ă  1,26 milliards d’euros, les recettes provenant de ses deux produits principaux, les paris sportifs Stihima et la loterie Kino, ayant baissĂ© d’environ 13%.

Les analystes ont saluĂ© la dĂ©cision de l’OPAP, disant qu’elle aiderait Ă  contenir les pertes de recettes. « Le moment du lancement de nouveaux jeux peut s’avĂ©rer utile pour compenser la faiblesse Ă  court terme », estime la compagnie Euroxx Securities.

William Hill Online, la branche interactive de l’un des plus renommĂ©s bookmakers du Royaume-Uni, a reçu la pleine certification de la part du guide de jeu en ligne Online Gambling Insider. Tous les sites exploitĂ©s par le groupe sont maintenant admissibles Ă  la garantie de dĂ©pĂ´t de 1000 $ Online Gambling Insider.

William Hill Online exploite un site de paris sportifs, six casinos en ligne, deux sites de bingo et une salle de poker, tous répertoriés dans la revue du groupe sur Online Gambling Insider.

« Nous sommes fiers d’avoir Ă©valuĂ© et certifiĂ© tous les casinos en ligne exploitĂ©s par l’une des marques de jeux les plus anciennes et les plus aimĂ©s dans le monde », a dĂ©clarĂ© Ryan D, rĂ©dacteur en chef et co-fondateur de Online Gambling Insider. « Le partenariat William Hill et Playtech offre certains des meilleurs produits de jeu en ligne dans l’industrie d’aujourd’hui. »

Une caractéristique intéressante des casinos du groupe est leur diversité, non seulement en ce qui concerne le thème, mais aussi les promotions. Par exemple, Prestige Casino offre un bonus de jeu gratuit, Joyland Casino a un bonus sans dépôt et 21Nova a opté pour un large bonus de dépôt.

Online Gambling Insider certifie les casinos en ligne, les sites de paris sportifs et les salles de poker. Les opĂ©rateurs agrĂ©Ă©s sont soumis Ă  des Ă©preuves rigoureuses. Les critères de qualification comprennent le support corporatif et financier de l’opĂ©rateur, la qualitĂ© du service Ă  la clientèle, l’Ă©quitĂ© des jeux, le portefeuille de jeux, le traitement des transactions financières et l’octroi de licences.

Le facteur le plus important pris en compte lors de l’attribution d’un certificat est l’expĂ©rience des joueurs. L’Ă©quipe Online Gambling Insider teste chaque casino comme les vrais joueurs.

« En fin de compte, il est question de confiance et il y a seulement quelques marques auxquelles les joueurs peuvent faire plus de confiance qu’Ă  William Hill, » dit Ryan.

Afin d’ĂŞtre certifiĂ© par Online Gambling Insider et se qualifier pour leur garantie de dĂ©pĂ´t de 1000 $, chaque site est testĂ© Ă  fond. « Nous devons protĂ©ger la crĂ©dibilitĂ© de notre processus de certification, nous avons donc Ă  travailler sur des faits » a continuĂ© Ryan. « Nous nous concentrons sur l’expĂ©rience du joueur. Nous devenons de vrais joueurs Ă  tous les casinos que nous testons, et nous dĂ©posons entre 200 $ et 500 $ au cours de ce processus, demandons des bonus et restons des acteurs actifs sur une longue pĂ©riode de temps ».

« On met l’accent notamment sur le service Ă  la clientèle, et nous avons conçu un processus pour interagir avec chaque casino sur une pĂ©riode de temps », poursuit Ryan. « Ayant une prĂ©sence dans l’industrie depuis de nombreuses annĂ©es, nous sommes en mesure de dĂ©tecter un mauvais service très rapidement. »

Les mouvements sur le marchĂ© des jeux en ligne se sont rĂ©cemment ressentis au nord de l’Europe. Il a Ă©tĂ© rapportĂ© que le ministre norvĂ©gien de la culture chercheait Ă  prendre des mesures contre les sites Ă©trangers de jeu Ă  la suite des modifications lĂ©gislatives en 2010.

MalgrĂ© les modifications lĂ©gislatives faites en juillet 2010 pour bloquer les transactions financières avec les sites de jeu Ă©trangers, le nombre de joueurs sur ces sites est aussi Ă©levĂ© qu’il l’Ă©tait avant la nouvelle loi.

Une Ă©tude attribuĂ©e Ă  la sociĂ©tĂ© monopolistique Norsk Tipping montre que 4% des NorvĂ©giens âgĂ©s de plus de 18 ans jouent actuellement sur des sites Ă©trangers. Ce rapport a suscitĂ© des inquiĂ©tudes. Si le gouvernement est contre le jeu en ligne non rĂ©glementĂ©e, les changements lĂ©gislatifs ont clairement peu d’effet et l’exĂ©cutif doit prendre des mesures supplĂ©mentaires.

Les sources suggèrent que le gouvernement norvĂ©gien envisage de prendre des mesures, y compris le blocage des adresses IP des sites de jeu Ă©trangers et l’action en justice contre les opĂ©rateurs qui acceptent les joueurs rĂ©sidents norvĂ©giens.

Le ministre de la Culture a ajoutĂ©: « Nous voulons envisager d’utiliser le filtrage des adresses IP contre les compagnies de jeu qui sont indĂ©sirables en Norvège.

Ces mesures ont Ă©tĂ© utilisĂ©es avec succès en Italie, l’Estonie et la France, et le concept a Ă©tĂ© bien reçu au Danemark ».

Cependant, il y a une opposition Ă  cette idĂ©e. La publication Liberalen dit qu’il n’est pas possible que le gouvernement interdise l’accès aux citoyens Ă  des sites Ă©trangers, et que l’introduction de filtres FAI mène Ă  la censure d’Internet.

Page suivante »