A la recherche des moyens alternatifs d’augmenter les revenus d’Etat, les pays d’Asie renoncent au conservatisme rigoureux et ouvrent quelques portes aux jeux. Ainsi, après Macau, c’est le Taiwan qui lĂ©galise maintenant les jeux et les casinos. La nouvelle a fait la joie non seulement des joueurs, mais dans la mĂŞme mesure des investisseurs. Les choses sont quand-mĂŞme un peu plus compliquĂ©es, car quelqu’un qui voudrait investir dans la rĂ©gion devrait s’assurer de l’accord de la Chine, qui revendique la souverainetĂ© sur l’Ă®le.

Lawrence Ho, le lĂ©gataire de Melco PBL Entertainment Ltd. ( qui dĂ©tient Crown Macau Hotel Casino), a immĂ©diatement annoncĂ© son intention d’Ă©tendre son empire Ă  Taiwan. Dans une interview accordĂ©e Ă  l’AFP, le jeune homme d’affaires, fils du magnat Stanley Ho, s’est montrĂ© très enthousiasmĂ© par l’approbation, au sein du parlement de Taiwan, d’un projet de loi autorisant la construction de casinos sur les Ă®les de Taiwan. « Sous rĂ©serve du marchĂ© du crĂ©dit, nous sommes très intĂ©ressĂ©s », a dĂ©clarĂ© Ho, n’oubliant pas pour autant de rappeler les bonnes relations avec la Chine.

SĂ©parĂ© politiquement du continent depuis 1949, le Taiwan a menĂ© une politique hostile envers la Chine et les relations bilatĂ©rales n’ont commencĂ© Ă  se rĂ©chauffer qu’en 2008, après l’avènement au pouvoir de Taipei d’un nouveau gouvernement.

MĂŞme si intĂ©ressĂ© Ă©galement de dĂ©velopper son affaire au Japon, Ho ne veut prendre aucune mesure qui puisse toucher son entreprise de Macau, qui restera sa base. En effet, avec des concurrents tels que Wynn, Las Vegas Sands, Sociedade de Jogos de Macau (SJM) et MGM Grand Macau, le jeune entrepreneur a raison d’agir prudemment.

Sa compagne a Ă©tĂ© dĂ©jĂ  affectĂ©e par les restrictions de visa imposĂ©es par Beijing l’annĂ©e passĂ©e. Suite Ă  cette mesure, les revenus de l’industrie de jeux de Macau ont baissĂ© de 10% seulement dans le troisième trimestre de l’an dernier. Si la Chine assouplit sa politique des visas dans les prochains mois, les opĂ©rateurs de jeux de casino gratuit de Macau pourront se rassurer.

D’ailleurs, l’optimisme de Lawrence Ho ne semble pas tenir compte des difficultĂ©s administratives ou de la crise financière. Un nouveau resort de divertissement, City of Dreams, qui a avalĂ© 2,1 milliards de dollars, sera ouvert tel que prĂ©vu, au deuxième trimestre de cette annĂ©e. C’est le seul grand projet qui se rĂ©alise Ă  prĂ©sent Ă  Macau.

 Ho, qui, selon ses dites, n’a jamais jouĂ©, est souvent considĂ©rĂ© comme le prochain « roi du jeu » de Macau, après son père, qui a derrière quatre dĂ©cennies de monopole dans le secteur des jeux de la province.