La crise avec laquelle les casinos d’Atlantic City se confrontent Ă  prĂ©sent est un fait bien connu aux Etats-Unis. Les onze casinos de la ville ont de la peine Ă  trouver des solutions viables et plusieurs sont dĂ©jĂ  en faillite. Une question s’impose quand-mĂȘme: pourquoi un certain nombre de compagnes montrent de l’intĂ©rĂȘt et se prĂ©sentent comme possibles acheteurs de Tropicana Casino and Resort, qui est en faillite? L’idĂ©Ă©, est, peut-ĂȘtre, d’acheter Ă  bas prix et attendre jusqu’Ă  ce que l’Ă©conomie revienne Ă  une Ă©poque d’Ă©panouissement.

MĂȘme dans ce cas, il pourra ĂȘtre trop tard pour les casinos d’Atlantic City, de regagner la popularitĂ© dont ils bĂ©nĂ©ficiaient naguĂšre. Les jeux de casino ont connu le dĂ©veloppement dans les Etats voisins de New Jersey et l’Atlantic City perd l’Ă©clat.

Pourtant, le milliardaire Carl Icahn, qui a Ă©tĂ© autrefois le propriĂ©taire de Sands Casino Hotel, se montre intĂ©ressĂ© de revenir en jeu. Il a mĂȘme proposĂ© une offre pour cette propriĂ©tĂ©. Si personne ne fait une offre meilleure, le casino sera automatiquement vendu Ă  ce prix. Bien sĂ»r, il n’est pas nĂ©cessaire d’y aboutir. Il y a dĂ©jĂ  une vente en cours qui, apparemment, est presque effectuĂ©e, donc, la Commission de ContrĂŽle des Casinos a ajournĂ© l’autorisation de la vente en faillite. Mais, si cette vente n’est pas achevĂ©e au cours d’un mois, l’autorisation produira des effets.

Ces nouvelles viennent dans la mĂȘme semaine oĂč Trump Entertainment Resorts, qui dĂ©tient trois des onze casinos d’Atlantic City, a dĂ©clarĂ© sa faillite pour la troisiĂšme fois. Donald Trump, lui-mĂȘme, n’a plus rien Ă  voir avec l’entreprise aprĂšs avoir quittĂ© le conseil d’administration parce qu’il n’avait pas assez de contrĂŽle sur les dĂ©cisions de l’entreprise.

Le poker s’annonce trĂšs gĂ©nĂ©reux cette annĂ©e. C’est, du moins, ce que le nombre croissant des tournois de poker d’envergure, nous montre. L’annonce du Championnat de Poker du Canada, n’est, donc, qu’une autre raison pour que les fĂ©rus du poker de ce pays se rĂ©jouissent. L’Ă©vĂ©nement aura lieu du 13 au 17 mai au Stampede Casino Ă  Calgary, en Alberta.

Le COPC (Canadian Open Poker Championships) doit sa popularitĂ© notamment Ă  l’EvĂ©nement principal. Avec un buy-in de 5,000$, ceci est un tournoi de heads-up qui prĂ©sente les trois meilleurs matchs: chaque vainqueur d’une partie se confrontera aprĂšs avec le suivant de sa « taille ». L’Ă©vĂ©nement a Ă©tĂ© trĂšs louĂ© pour sa structure, Joe Hachem, l’ancien champion du Main Event WSOP affirmant mĂȘme qu’il souhaite que «les formats de NBC Invitational ou de World Series of Poker soient du moins Ă  moitiĂ© aussi rĂ©ussis ».

Les sĂ©ries devraient attirer les plus talentueux joueurs de poker de l’AmĂ©rique du Nord et d’ailleurs – d’autant plus que les tournois sont tĂ©lĂ©visĂ©s. Un nom bien connu qui a dĂ©jĂ  confirmĂ© sa prĂ©sence est « The Unabomber » Phil Laak. « J’ai hĂąte de retourner »! a-r-il avouĂ©, enthousiasmĂ©… Le rideau sera levĂ© au jour de 13 mai, lors de la « Ultimate Player’s party« , dont les dĂ©tails n’ont pas Ă©tĂ© encore annoncĂ©s.

Le championnat marquera, sans doute, les calendriers des joueurs, sans tenir compte des proportions de leurs bankroll. Ceux dont les finances ne leur permettent pas Ă  risquer de gros montants, sont attendus Ă  s’inscrire Ă  l’un des quatre Ă©vĂ©nements spĂ©cialement conçus dans le cadre des sĂ©ries. Toutefois, ceux qui rĂȘvent de combattre au Main Event, ont la chance de gagner leur place par le truchement des satellites qui le prĂ©cĂ©dent.

Le programme du COPC, sera, en gros, le suivant:

  • L’Ă©vĂ©nement # 1: tournoi de no Limit Hold’em Ă  550$

  • L’Ă©vĂ©nement # 2: heads-up Ă  5000$

  • L’Ă©vĂ©nement # 3: tournoi de Pot Limit Omaha Ă  200$

  • L’Ă©vĂ©nement # 4: tournoi de No Limit Hold’em Ă  1100$

  • L’Ă©vĂ©nement # 5: tournoi de No Limit Hold’em Ă  550$

En novembre 2008, Dream Team Gaming a rafraĂźchi le paysage dans le monde du poker avec une idĂ©e nouvelle de tournoi – le tournoi de poker par Ă©quipes. L’Ă©vĂ©nement a jouit de la prĂ©sence de quelques joueurs de grand calibre et d’autres cĂ©lĂ©britĂ©s, y compris Jaime Gold, Erica Schoenberg ou l’acteur Mekhi Phifer. L’idĂ©e a Ă©tĂ© un vĂ©ritable succĂšs. C’est pourquoi Caesar’s Palace de Las Vegas a maintenant dĂ©cidĂ© d’hĂ©berger le nouveau Ă©vĂ©nement.

Le tournoi s’Ă©tendra sur deux jours du mois de mars, entre le 27 et le 29 mars, et sera tenu dans la mĂȘme salle qui hĂ©berge les Ă©vĂ©nements de WSOP. L’entrĂ©e sera de 500$+50$ par joueur et chaque Ă©quipe comptera trois joueurs. Dream Team Poker s’attend Ă  accueillir 100 Ă©quipes, soit un total de 300 joueurs, pour un prize pool de 150,000$.

L’unicitĂ© du tournoi est garantie et consiste justement dans cette approche nouvelle: le poker en Ă©quipe. Chacun des trois membres d’une Ă©quipe ramasse un certain nombre de points, en fonction du moment oĂč ils ont Ă©tĂ© Ă©liminĂ©s du tournoi. L’Ă©quipe au score le moins Ă©levĂ© gagne et remporte une partie de la cagnotte, qui s’ajoute aux prix individuels gagnĂ©s par les membres.

Comme le concept central du tournoi est l’Ă©quipe, quelques nouvelles rĂšgles seront appliquĂ©es, Ă  cĂŽtĂ© des rĂšgles habituelles. C’est, par exemple, le cas du droit d’un joueur de discuter avec un collĂšgue d’Ă©quipe, la situation d’une main, avant de passer Ă  l’action.

Les enregistrements pour le tournoi se font sur le site de Dream Team Poker, oĂč l’on peut trouver toutes les informations nĂ©cessaires. Dream Team Poker offre aussi aux Ă©quipes les « uniformes » Ă  porter pendant le concours, tout comme des invitations Ă  la fĂȘte de bienvenue et Ă  la fĂȘte du gagnant.

Betfair Group Ltd., l’une des compagnes ayant un large portefeuille de services et de produits dans le domaine des jeux, a rĂ©cemment renforcĂ© sa prĂ©sence aux Etats-Unis. La sociĂ©tĂ©, basĂ©e au Royaume-Uni et pionnier dans le domaine des « Ă©changes de paris« , a annoncĂ©, au dĂ©but du mois, l’acquisition de TVG – Television Network Games.

La chaĂźne de tĂ©lĂ©vision lui a Ă©tĂ© vendu par Macrovision Solutions, Ă  un prix de 50 millions de dollars. Selon toute Ă©vidence, TVG n’a pas eu l’occasion de prendre pied Ă  cĂŽtĂ© de son ancien propriĂ©taire. Macrovision a commencĂ© la recherche d’un acheteur pour TVG peu de temps aprĂšs l’acquisition de Gemstar-TV Guide, en 2008.

Quel sera, donc, l’avenir de TVG avec Betfair? Gerard Cunningham, le prĂ©sident de Betfair aux États-Unis, a dĂ©clarĂ© que son entreprise utiliserait son expertise pour dĂ©velopper TVG: «Nous sommes extrĂȘmement heureux d’ĂȘtre les nouveaux propriĂ©taires de TVG et nous allons nous appuyer sur l’expĂ©rience de Betfair pour faire croĂźtre l’entreprise. »

David Yu, directeur général de Betfair, a déclaré aussi que TVG, qui offre des paris mutuels sur sa plate-forme, est un bon coup.