Jouer au poker en ligne en heads-up, contre un seul adversaire, exige une stratĂ©gie tout Ă  fait diffĂ©rente que de jouer Ă  une table complète. On peut choisir tout simplement de jouer en tĂŞte-Ă -tĂŞte, mais, d’habitude, deux joueurs arrivent au heads-up Ă  la fin d’un tournoi. Ce sont ces deux qui se disputeront le grand prix et le titre de champion. Y-a-t-il une recette du succès au heads-up?

Tight ou loose?

Un bon nombre de joueurs ont du mal Ă  s’adapter Ă  ce genre de partie. La raison en est qu’ils ont l’habitude de jouer très serrĂ© ( la stratĂ©gie « tight-aggressive« ). Or, dans une situation de heads-up, on ne peut pas maintenir cette stratĂ©gie de jeu et s’attendre, en mĂŞme temps, Ă  gagner le tournoi.

Lorsqu’on joue en heads-up, on ne peut pas se permettre d’attendre. Le plus souvent, le jeu se limite Ă  « qui peut voler plus de blinds« . Par consĂ©quent, vous devez « desserrer » et miser davantage. Sinon, vous avez beaucoup de chance de faire faillite.

Les simulations sur l’ordinateur ont montrĂ© que la main Q-7 gagne, dans une proportion de 51,77%, contre une autre main alĂ©atoire d’un heads-up. Donc, avec cette main ou toute autre plus Ă©levĂ©e que cela, on se doit toujours de jouer. Une petite paire ou mĂŞme un seul As ou K peuvent ĂŞtre de grands favoris dans une partie oĂą vous n’avez qu’un seul adversaire.

Qui est mon adversaire?

Vous devez Ă©valuer votre adversaire, ou, autrement dit, le « lire ». Le poker en ligne est un jeu oĂą on fait des raisonnements. Vous avez besoin de tâter le terrain en relançant et adoptant le rĂ´le de l’agresseur. Si vous ĂŞtes confrontĂ© Ă  un joueur passif, vous saurez comment le vaincre. Si, au contraire, votre adversaire fait aussi un jeu agressif, vous devrez ĂŞtre plus subtile.

A un heads-up de poker en ligne, la règle est de bluffer plus avant le flop. Le plus souvent, c’est celui qui agit le premier qui gagne le pot. N’oubliez pas que votre adversaire peut avoir une main lĂ©gitime et ne pas bluffer tout simplement. Et, mĂŞme si vous ne voulez pas vous laisser duper par un bluff, des fois, vous devrez renoncer vous-mĂŞmes pour ne pas ĂŞtre Ă©liminĂ© par l’autre.

Puis-je compter sur ma pile de jetons?

La manière dont vous jouez au poker en ligne doit correspondre Ă  la taille de votre pile de jetons. Si vous avez une grosse pile, vous pouvez ĂŞtre beaucoup plus agressif, puisque votre adversaire pourrait ĂŞtre tentĂ© Ă  se coucher plus souvent, en attente d’une grosse main. Et, bien que vous vouliez garder la pression, ce n’est pas dans votre intĂ©rĂŞt que l’adversaire double, ou vous allez bientĂ´t vous retrouver Ă  court de pile.

Les joueurs sous-jouent une grosse main avant le flop pour deux raisons. Soit ils ne donnent pas assez d’importance au flop, essayant de ne pas risquer trop, soit ils tentent de piĂ©ger un adversaire agressif. Votre objectif dans un heads-up est d’essayer d’obtenir le plus d’argent de votre adversaire. Si vous avez une grosse main et vous savez que votre adversaire va relancer, vous pouvez sous jouer votre main dans l’intention de faire, après, un check-raise.

Le succès dans un heads-up dĂ©pend aussi de votre position. Comme vous n’ĂŞtes que deux, il n’y a que deux possibilitĂ©s:

1. La dernière position ( late position)

A. Si vous êtes deuxième à agir quand toutes les cartes sont sorties et votre adversaire place un pari: Suivez si votre main ne vaut pas une relance. Vos chances de gagner sont la somme des possibilités que votre adversaire bluffe, plus les chances que votre main vainc sa main légitime. Relancez si votre adversaire est toujours plus faible que vous après avoir suivi votre mise. Relancez aussi, en bluffant, si vous avez des attentes positives.

B. Si vous ĂŞtes deuxième Ă  agir quand c’est la dernière main et votre adversaire fait parole: Bluffer si vous pensez que cela va marcher, en vous rappelant que le bluff ne marche pas toujours en deuxième position, comme il le fait en première position. Pariez sur la valeur de votre main si vous ĂŞtes le favori, mĂŞme quand votre adversaire suit votre pari. Evitez les check-raise!

2. La position de début (first position)

A. Si vous ĂŞtes le premier Ă  agir, quand toutes les cartes sont sorties et vous avez une main très forte: Essayez de faire check-raise quand votre adversaire parie et suit votre relance. Si vous ne pensez pas qu’un check-raise soit assez efficace, simplement pariez!

B. Si vous ĂŞtes le premier Ă  agir et vous avez une mauvaise main: Bluffez si vous avez de bonnes attentes; passez et quittez si votre adversaire parie.

Le casino terrestre Gran Madrid, l’un des plus prestigieux Ă©tablissements europĂ©ens de jeux, a signĂ© un accord avec la sociĂ©tĂ© Playtech, pour une licence qui lui permettra de dĂ©velopper et d’exploiter des plateformes virtuelles de poker et de casino. L’affaire est convenable pour les deux. Pour Playtech, fournisseur de logiciels de jeu de renom sur le marchĂ© des casinos en ligne, ce mouvement reprĂ©sentera l’entrĂ©e au marchĂ© espagnol des jeux en ligne.
 
Le casino Gran Madrid est un opĂ©rateur de jeux très respectĂ©. Son Ă©tablissement terrestre compte trois salles de jeux qui proposent: la roulette amĂ©ricaine et française, le blackjack, stud poker, circle poker (omaha et texas hold’em), Punto y Banca, Baccara/Chemin de Fer et plus de 200 machines Ă  sous. Le resort comprend aussi une diversitĂ© de restaurants et de clubs de nuit.

Suite Ă  l’accord conclu, CGM et Playtech, par le biais du rĂ©seau iPOker, les parties essayeront d’offrir au public espagnol un set de produits qui correspondent Ă  leurs goĂ»ts et Ă  leurs demandes.

Mor Weizer, le chef de la direction de Playtech, a exprimĂ© les grandes attentes qu’on a vis-Ă -vis de l’accord, qui « exemplifie la stratĂ©gie de Playtech d’augmenter le nombre des marchĂ©s rĂ©glĂ©mentĂ©s oĂą ils opèrent ».

Jorge Casanova, le directeur informatique de Casino Gran Madrid, apprĂ©cie aussi que l’accord avec Playtech renforcera la position de CG% sur le marchĂ© espagnol des casinos, grâce au lancement en ligne de la marque. Le système innovatif, sĂ»r et transparent de Playtech aidera CGM Ă  occuper la première place dans ce marchĂ©.

Les sociĂ©tĂ©s de jeux seront lĂ©galement autorisĂ©es Ă  opĂ©rer en France Ă  partir de l’annĂ©e passĂ©e. Suite aux pressions exercĂ©es par la CommunautĂ© EuropĂ©enne pour l’ouverture du marchĂ© français de jeux en ligne, un projet de loi en ce sens a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©, le 5 mars, par le ministre du Budget Eric Woerth, suscitant des rĂ©actions de soulagement, la joie ou bien la dĂ©ception au sein des opĂ©rateurs intĂ©ressĂ©s de tous les cĂ´tĂ©s.

A la confĂ©rence de presse occasionnĂ© par l’Ă©vĂ©nement, Eric Woerth a confirmĂ© que le marchĂ© des jeux serait ouvert Ă  la compĂ©tition depuis l’annĂ©e prochaine. Par cette mesure, le gouvernement vise Ă  endiguer le jeu illĂ©gal et en mĂŞme temps, Ă  bĂ©nĂ©ficier des milliards d’euros fournis chaque annĂ©e par l »industrie, sous la forme de recettes fiscales.

Le ministre a dĂ©clarĂ© que le marchĂ© des jeux serait Ă©largi pour s’adapter « Ă  la rĂ©alitĂ© de l’Internet » et aiderait la France de  » sortir de la situation insoutenable dans laquelle l’Etat perd une partie croissante du marchĂ© des paris. Woerth a expliquĂ© que le jeu « illĂ©gal » gĂ©nère quelques 7 milliards d’euros par an, et a affirmĂ© qu’en France il y a 25,000 sites de jeu illĂ©gaux, soit 75% du marchĂ©. Donc, « plutĂ´t que d’interdire 25,000 sites web, nous prĂ©fĂ©rons donner des licences Ă  ceux qui respectent l’ordre public et social », a-t-il dit.

Le projet de loi, qui sera prĂ©sentĂ© au cabinet Ă  la fin du mois, mettra en place une taxe d’environ 7,5% sur les paris sportifs et hippiques en ligne, et 2% sur les paris faits au poker en ligne.

DĂ©voilant ses plans vis-Ă -vis du gamibling en ligne, Woerth, qui est Ă  prĂ©sent le plus reprĂ©sentatif acteur du pouvoir dans la rĂ©glementation du domaine, a dĂ©clarĂ© qu’il serait « inutile de nier la rĂ©alitĂ© des jeux d’argent en ligne et les attentes du peuple français ».

Pari Mutuel Urbain, largement connu comme PMU, qui a maintenant le monopole d’Etat sur les paris des courses de chevaux, a eu l’an dernier un revenu de 9,3 milliards. La Française des Jeux, qui s’occupe de loteries et de paris sportifs, a eu des revenus similaires en 2007.