Le gouvernement am√©ricain pourrait pr√©parer sa premi√®re action en justice contre un op√©rateur de jeux en ligne. Sur le banc des accus√©s il y a Full Tilt Poker, l’un des sites majeurs de poker, qui a d√©fi√© la loi am√©ricaine UIGEA. Les agents FBI ont interview√© les patrons de Full Tilt et ont √©galement proc√©d√© √† des visites impr√©vues chez certains joueurs, les interrogeant sur leurs transactions avec Full Tilt. Ces informations nous parviennent du forum de poker twoplustwo, leur v√©ridicit√© n’√©tant pas prouv√©e.

Les agents pr√©tendent qu’ils ne poursuivent pas les joueurs, mais cherchent √† ramasser des informations sur Full Tilt. Cela indique qu’ils pr√©parent une action au niveau f√©d√©ral contre le r√©put√© op√©rateur de poker en ligne. Si les raisonnements du forum sont purement sp√©culatifs, la situation semble toutefois mener √† quelques conclusions logiques.

L’√©tablissement de l’enqu√™te √† Washington est un indice, car l’Etat est l’un de ceux ayant une loi dure contre le poker en ligne. Les op√©rateurs qui acceptent les r√©sidents de Washington sur leurs sites tombent sous l’incidence de la loi.

De plus, Washington permet la poursuivie en justice des op√©rateurs en ligne pour infraction p√©nale (felony). Avec cet argument, les enqu√™teurs pourront obliger les joueurs refractaires √† coop√©rer. Cela a √©t√© un probl√®me dans d’autres juridictions plus permissives.

L’UIGEA devrait √™tre impl√©ment√©e √† partir du 1er juin, √† moins que le Congr√®s ne l’abroge entre temps. Le d√©put√© Barney Franck essaie d’aboutir √† faire r√©gl√©menter le domaine avant que l’UIGEA soit appliqu√©e.

Si rien de positif n’arrive de ce c√īt√©, l’action en justice √† l’encontre de Full Tilt Poker pourrait s’av√©rer d√©sastreuse pour l’entreprise.

La France va ouvrir prochainement son march√© de paris en ligne et le calendrier de l’ouverture est tr√®s serr√© – on envisage que la loi soit mise en place avant que la Coupe du monde de football donne le coup d’envoi en juin 2010. Apr√®s avoir √©t√© examin√© par l’Assembl√©e Nationale en octobre 2009, le projet de loi a pass√© une autre √©tape, √©tant adopt√© par le S√©nat en premi√®re lecture avec 181 voix pour √† 140 contre.

Le projet sera de nouveau soumis √† l’examen des D√©put√©s, pour une deuxi√®me lecture le 30 mars. Si le vote final du Parlement est favorable, le projet devra √™tre √©galement approuv√© par l’Union Europ√©enne, le Conseil d’Etat et le Conseil Constitutionnel.

Malgr√© une certaine opposition au projet, le ministre du Budget Eric Woerth, qui est aussi maire de Chantilly, a d√©clar√© que la reforme irait « r√©gl√©menter un gros nombre d’activit√©s ill√©gales ». Woerth a ajout√© que le projet r√©pondait aux demandes des op√©rateurs fran√ßais d’agir contre le jeu illicite offert par les sites √©trangers.

Une fois la nouvelle loi impl√©ment√©e, le PMU esp√®re s’emparer du 20 √† 25% du march√© des paris en ligne, y compris les paris √† cote fixe sur les sports tels le football, le rugby et le tennis. En novembre 2009, le Pari Mutuel Urbain a sign√© un partenariat avec l’op√©rateur Paddy Power, qui est en mesure de l’aviser sur ce type d’activit√©.

Le chiffre d’affaires des jeux en ligne a atteint en 2009 703 millions d’euros, √©tant estim√© √† 800 millions d’euros en 2010 et √† 1.4 milliard d’euros en 2011.