La France a annoncé “urbi et orbi”  son changement de législation en matière de jeux en ligne, qui entrera en vigueur le 1er juin. Mais est-ce que le changement est vraiment efficace?

Right2Bet, le groupe qui milite pour l’accès équitable aux jeux en ligne à l’intérieur de l’Union Européenne, a manifesté des réserves vis-à-vis des réformes françaises. Right2Bet dit que les conditions imposées par le gouvernement français sur les opérateurs de jeu sont excessives.

A cause du taux d’imposition élevé, la plupart des opérateurs de jeux ne verront pas l’avantage d’obtenir une licence en France.

Le manager Gary Mullen de la campagne Right2Bet, a commenté: “Le gouvernement français a fait une tentative de faire ses lois sembler compatibles avec le droit de l’Union Européen concernant la libre prestation des services. En fait, il s’agit d’une tentative de protéger les monopoles courrants de l’Etat, en imposant des restrictions draconiennes sur tout opérateur privé qui souhaite entrer sur le marché”.

Mullen a continué ses explications: “Right2Bet a démontré que les parieurs ayant des comptes sur les sites privés bénéficiaient de cotes sensiblement meilleures que celles offertes par les monopoles. Non seulement les parieurs français auront la pire option et les plus petites chances, mais ils manqueront de protection. La possibilité de bloquer les IP fera juste ce que les autorités françaises souhaitent éviter”.

“Le blocage de l’IP a échoué dans le passé. Contrairement à ces opérateurs qui respectent la loi française, malgré leur mécontentement, les opérateurs qui choisissent de contourner le blocage sont peu susceptibles d’exercer un niveau élevé de responsabilité sociale en protégeant les parieurs français. Le résultat sera un marché de plus en plus noir formé par les opérateurs irresponsables, ce qui signifie que les parieurs français seront les dupés.”

Deux grandes compagnies de jeux ont annoncĂ© qu’elles Ă©taient tout Ă  fait prĂ©parĂ©es Ă  entrer sur le marchĂ© en ligne amĂ©ricain, une fois qu’il est lĂ©galisĂ©. L’une des compagnies est Harrah’s – le plus grand groupe de casinos terrestres dans le monde et qui a rĂ©cemment lancĂ© une salle de jeux en ligne au Royaume-Uni. L’autre est PartyGaming, l’un des principaux opĂ©rateurs de jeux en ligne, qui a fonctionnĂ© aux Etats-Unis, mais a Ă©tĂ© contraint de se retirer en raison de l’interdiction lĂ©gislative en vigueur.

Gary Loveman, le PDG de Harrah’s Entertainment, a dĂ©clarĂ© dans une interview Ă  Reuters, qu’il voyait les jeux en ligne comme le seul moyen de soutenir les rĂ©sultats de son entreprise dans un proche avenir. Les pertes du premier trimestre de 2010 ont Ă©tĂ© de 195,6 millions de dollars, par rapport aux pertes de 132,7 millions pour la mĂŞme pĂ©riode l’an dernier. Loveman a confirmĂ© donc que Harrah’s avait des projets d’expansion en Asie et des activitĂ©s de jeu en ligne en Italie et en France. La rumeur court aussi que Harrah’s cherche Ă  vendre Rio Casino pour Ă©quilibrer ses recettes.

Cependant, tout cela Ă©quivaut Ă  une goutte d’eau dans l’ocĂ©an. En dĂ©finitive, Harrah’s mise sur la lĂ©galisation des jeux en ligne aux Etats-Unis. C’est pourquoi la compagnie a exprimĂ© son appui aux dĂ©marches comme le projet de loi de Barney Frank. Loveman a dĂ©clarĂ© que la lĂ©galisation des jeux en ligne apporterait des milliards de dollars de revenus aux opĂ©rateurs des Etats-Unis. Harrah’s est candidate Ă  une partie substantielle de ce butin grâce Ă  sa popularitĂ© et au fait qu’elle est propriĂ©taire du tournoi et de la marque WSOP.

PartyGaming, de l’autre cĂ´tĂ©, a ouvert la voie Ă  son Ă©ventuelle entrĂ©e sur un marchĂ© lĂ©galisĂ© en signant un accord avec le Ministère amĂ©ricain de la Justice en juillet 2009. Jim Ryan, chef de la direction de Party Gaming, a confirmĂ© que le groupe Ă©tait en pourparlers avec quelques entreprises amĂ©ricaines sur la possibilitĂ© de former des partenariats stratĂ©giques. Le but est de tirer parti des avantages mutuels sur ce qui serait le plus grand marchĂ© de jeux en ligne du monde. Ryan s’est empressĂ© d’ajouter que les discussions Ă©taient encore au stade prĂ©liminaire et a refusĂ© de nommer les sociĂ©tĂ©s avec lesquelles PartyGaming avait nĂ©gociĂ©. Il a parlĂ© de la lĂ©galisation du marchĂ© amĂ©ricain comme du billet de retour de PartyGaming aux Etats-Unis.

La sociĂ©tĂ© Betfair cĂ©lèbre sa première dĂ©cennie d’affaires et ce n’est pas la seule raison de fĂŞte. La salle de paris et de poker Betfair est aujourd’hui une vĂ©ritable plaque tournante du domaine et effectue chaque jour 6 millions de transactions. En 2009, 500 millions de paris ont Ă©tĂ© faits sur Betfair et le nombre des clients est Ă  la hausse.

Avec toute cette activité fleurissante, les revenus ont presque triplé au cours des cinq dernières années, passant de 107£ en 2005 à 303£ fin avril 2009.

Comme si toutes ces rĂ©alisations ne suffisaient pas, Betfair a annoncĂ© qu’Ă  ce dixième anniversaire, ils ont atteint des niveaux record de croissance et viennent d’accueillir leur 3 millionième client.

« Accueillir notre 3 millionième client est une importante rĂ©alisation dont je suis extrĂŞmement fier », a dĂ©clarĂ© David Yu, chef de la direction de Betfair. « Notre croissance continue est un tĂ©moignage que Berfair plaĂ®t Ă  un nombre de personnes plus grand que jamais auparavant. Atteindre ce jalon  l’annĂ©e de notre dixième anniversaire, c’est reprĂ©sentatif pour notre Ă©volution jusqu’Ă  prĂ©sent ».

Betfair a trois sections sur son site Internet. Le fondement de leurs services de jeu est la section de paris sportifs, qui a un grand choix d’Ă©vĂ©nements sportifs et des cotes avantageuses pour les paris.

La salle de poker en ligne Betfair organise régulièrement des tournois et a beaucoup de promotions et de gros bonus.

Enfin, le casino en ligne Betfair propose 150 jeux palpitants et comprend le salon Zero, qui a une cote de la maison nulle.

Finalement, David Yu a conclu: « comme ce qui devrait ĂŞtre le plus grand Ă©vĂ©nement de paris de tous les temps – la Coupe du Monde – approche, nous chercherons Ă  construire sur cet acquis, en consolidant notre chemin vers le 4e million. »